La Copa en guise de reprise

Alors que le championnat ne reprendra que mi-août, l’Argentine du football commence à retrouver les terrains afin de digérer les piètres performances de sa sélection. Si quelques clubs ont déjà lancé leur nouvelle saison continentale, la plupart des autres ne disposent que de rencontres amicales pour se remettre en jambe mais peuvent également se servir de la Copa Argentina. Pas seulement faire pour permettre aux spécialistes de parier foot, elle permet aux plus petits de rêver d’exploits et aux grands de retrouver le rythme.

 

Ils sont ainsi quelques-uns à avoir parfaitement lancé leur saison et initié de la meilleure des manière leur retour aux compétitions. Parmi les représentants en Libertadores, ils sont trois à avoir tranquillement franchi ce premier palier. Estudiantes a ainsi écrasé Central Córdoba (Primera C soit quatrième division argentine) alors que River Plate et Independiente ont réussi des records. Les Millonarios, doubles tenants du titre, ont ainsi atomisé Central Norte, finaliste du Torneo Federal B (quatrième division), 7-0, Nacho Scocco et Exequiel Palacios s’offrant un doublé. De quoi penser ainsi réaliser le record de l’épreuve ? C’était sans compter sur Independiente qui n’a fait qu’une bouchée de l’un des petits poucets de l’épreuve, Central Ballester, club du cinquième et dernier échelon de la pyramide argentine (victoire 8-0, triplé de Martín Benítez, doublé dans l’ancien rennais Silvio Romero). De son côté, l’Atlético Tucumán s’est défait sur la plus petite des marges de Tristán Suárez, club évoluant en troisième division. Ces quatre succès viennent ainsi redorer le blason des représentants albicelestes en Libertadores puisque le Racing, qui affrontera River en huitièmes de finale de la compétition continentale, était tombé fin mai face au Sarmiento de Resistencia, club évoluant en troisième division. Reste désormais à Boca Juniors, actuellement en tournée aux USA, à ne pas tomber dans le piège la semaine prochaine face à Alvarado, club du troisième échelon national évoluant à Mar del Plata.

Ailleurs

Qui dit coupe nationale appelle évidemment à des surprises. Si pour les représentants en Libertadores, celles-ci sont minimes, depuis le coup d’envoi du premier tour en mai dernier, il y en a pourtant eu quelques-unes de taille concernant les autres clubs de l’élite argentine. C’est ainsi que le Velez de Gabriel Heinze n’a pas réussi à se défaire de Central Córdoba de Santiago del Estero, club de troisième division (Federal A) qui s’est imposé aux tirs au but après avoir longtemps mené au score sur le terrain du Fortin. Mais la plus grosse sensation vient de Banfield. Dix-septième de Primera 2017/2018, les coéquipiers de Dario Cvitanich « accueillaient » au Viaducto l’un des petits poucets de l’épreuve, General Lamadrid, club de cinquième division de la banlieue de Buenos Aires. Alors que l’ancien niçois avait offert le but du 1-0 d’entrée de partie à Michael López (avant de sortir sur blessure peu de temps après), les hommes de Julio César Falcioni se sont ensuite fait reprendre en première période, et ne sont jamais parvenus à reprendre les devants dans la partie, ne pouvant ainsi pas échapper à la séance de tirs au but. C’est au cours de celle-ci que Nestor Acosta, portier des Carceleros (les geôliers, surnom du club en raison de la prison de Devoto, voisine du terrain sur lequel il évolue), allait briller, marquant notamment le but de la qualification. Si Victoriano Arenas tombe face à Huracán la semaine prochaine, General Lamadrid sera le petit poucet des seizièmes de finale au cours desquels il affrontera Platense, le club qui a formé David Trezeguet et qui a éliminé un pensionnaire de Primera division : Belgrano. Le vainqueur de ce duel entre Carceleros et Calamar aurait alors peut-être le droit d’affronter River Plate en huitièmes de finale (à la condition que le Millo se défasse de Villa Dálmine).

Dernière surprise en date, l’élimination de Godoy Cruz. Le dauphin de Boca Juniors lors du dernier championnat et qui avait un temps espéré décrocher le titre, s’est fait surprendre chez lui face à Defensores Unidos, petit club de Primera C, quatrième échelon national. Mené au score à la demi-heure, le Tomba a longtemps dominé la partie, est revenu peu avant l’heure de jeu mais n’a pas réussi à éviter la séance de tirs au but. Celle-ci allait lui être fatale, Sebastian Contreras ajoutant le panache à la qualification de Defensores Unidos en scellant celle-ci d’une superbe panenka.

Reste encore dix rencontres qui se disputent cette semaine et la semaine prochaine et verront ainsi des clubs comme Boca Juniors mais aussi Lanús, Talleres ou Rosario Central tenter de valider leur place sur la ligne de départ du sprint final. Rappelons que la Copa Argentina délivre un billet pour la Copa Libertadores 2019, elle représente donc pour certains clubs de l’élite, la dernière chance de décrocher un billet continental.a