Les demi-finales de la C1 sont désormais connues. Les Kaizer Chiefs, secoués à Dar Essalam (0-3) ont gardé d’un cheveu leur ticket. Al Ahly a contrôlé les Sundowns au métier (1-1), alors que les clubs algériens s’arrêtent au stade des quarts : le MCA, battu à Casablanca (1-0) a tout de même frôlé la qualification, alors que le CR Belouizdad, qui a cédé à quelques minutes de l’exploit (0-2) s’est incliné aux tirs au but (2-4) face à une Espérance de Tunis revenue de loin.

bandeaubielsa

WAC 1-0 MCA

Au Stade Mohammed V, ou aura lieu la finale, la physionomie a été globalement similaire au match aller : le WAC, meilleur dans le jeu, mais maladroit dans la finition à l’instar du raté inexplicable d’El Kaabi face au but, est resté à portée de tir d’un MCA qui a eu peu de munitions mais qui aurait pu ramasser la mise à la dernière minute sur une frappe qui frôle le cadre. C’est finalement le WAC qui a entériné sa qualification deux minutes plus tard, sur un centre d’Ounajem conclu par El Karti, pour la septième présence wydadie dans le dernier carré de la C1. L’ailier marocain, qui a provoqué le pénalty à l’aller et donné une passe décisive au retour aura été l’élément déterminant pour l’équipe dirigée par Faouzi Benzarti.

Simba 3-0 Kaizer Chiefs

Dynamique inverse d’il y a sept jours. Laminés en Afrique du Sud (0-4), les Tanzaniens comptaient sur la ferveur qu’ils auraient désirée plus conséquente dans un stade plein pour à minima sauver l’honneur et prouver que leur présence dans le top 8 n’était pas usurpée. Ils ont fait bien mieux que ça. Mis sur orbite par le doublé de John Bocco, et alors que Kaizer Chiefs fringant à l’aller était en train de se liquéfier au fil des minutes, les Rouges de Dar Es Salam se sont placés à une encâblure d’arracher la séance de tirs au but (3-0) mais se sont montrés trop inefficaces, et regretteront en particulier les occasions manquées en fin de première période.

Sundowns 1-1 Al Ahly  

Le retour du fils prodigue Pitso Mosimane dans la peau de l’entraîneur adverse a fortement motivé Masandawana pour tenter de remonter les deux buts de retard concédés à l’aller. Les Brésiliens ont même imposé quasiment tout le match une forte domination à des Ahlaouis prudents. Mais Mosimane s’est facilement fondu dans le pragmatisme cairote, et depuis l’ouverture du score d’Ibrahim à la dixième minute la cause semblait entendue avec quatre buts à inscrire pour les Sundowns. Ils auront pu sauver le score de parité à la demi-heure de jeu, mais le retard pris était trop conséquent pour espérer renverser la vapeur. Le score de 3-1 sur l’ensemble des deux matchs ne reflète pas nécessairement le rapport de force entre les deux équipes, mais Al Ahly se contente de miettes pour faire un festin.

EST 2-0 CRB

Avec deux buts à remonter et une première mi-temps stérile, les Sang et Or semblaient mal embarqués. Lents et imprécis dans le jeu avec des ailiers (Badri et El Houni) transparents, un attaquant de pointe (Basit) trop isolé et un seul milieu axial jouant dans le bon sens, les Espérantistes donnaient peu de fil à retordre à un bloc algérois bien en place, qui a pressé haut (mais sûrement trop consumé d’énergie) et cherché à bloquer Chaalali et Nagguez d’emblée, sans nécessairement se soucier de trop appuyer ses rares banderilles, la défense de l’avance de l’aller avant tout.

Il a fallu un concours de différentes conditions pour que l’Espérance revienne. La fatigue du CRB, qui a trop subi en seconde mi-temps ; l’entrée réussie de Benguit, buteur et très actif, qui a compensé sa prestation terne d’il y a une semaine ; et un exploit individuel à cinq minutes du terme de celui qui porte l’EST depuis plusieurs semaines, le milieu axial Ben Romdhane, qui a envoyé les deux équipes aux tirs au but sur une frappe magistrale. Les trois ratages de Belouizdad, le premier cruel pour un joueur (Amir Sayoud) auteur d’une saison phénoménale, le second par Jarrar, le troisième par Nessakh, contre un seul côté EST de Chaalali, offrent aux hommes de Chaabani une place dans le dernier carré, inespérée au vu des cent-trente-cinq premières minutes de la confrontation, mais révélatrice de la dynamique espérantiste cette saison : des difficultés dans le jeu, des cadres irréguliers, mais des éclairs individuels qui embellissent le bilan. Suffisant pour le moment pour avancer vers le graal.