Alors que débute la deuxième journée de la phase de poules de la CAN 2019, voici ce qu’il fallait garder en mémoire des cinq premiers jours de compétition, entre faux-pas, débuts discrets et entrées en fanfare.

banlomag

groupeA

Un match tendu, une confirmation que le jeu penchera très fortement côté couloir droit là ou Mohamed Salah (avec ce que cela peut comporter d’avantages et d’inconvénients) et une libération sur une belle inspiration de Mahmoud Hassan « Trezeguet » : service minimum pour l’Égypte, qui est venue à bout (1-0) d’un Zimbabwe accrocheur pour ouvrir cette Coupe d’Afrique des Nations. Il reste encore deux matchs aux Pharaons pour soigner la finition et composter un ticket pour les huitièmes dans la moitié de tableau prévue.

Dans l’autre rencontre de la poule, l’Ouganda a rajouté une belle performance à un actif qui commence à être conséquent, après la victoire contre l’Égypte à Kampala et les deux 0-0 contre le Ghana sur les 18 derniers mois. Dans la fournaise du Caire en milieu d’après-midi, l’équipe de Sebastien Desabre a récité un football intense, au style engagé British qu’adoptent de nombreux clubs et pays d’Afrique de l’Est : Farouk Miya et ses coéquipiers ont soulé de courses, centres et frappes lointaines une RDC apathique, maladroite à l’image d’un Bakambu peu inspiré, et finalement logiquement défaite (0-2). Déjà plus le droit à l’erreur pour les Léopards, qui se sont fendu d’une vidéo d’excuses destinée à une fanbase certainement désappointée : c’est l’Égypte qui se dresse sur leur route pour la deuxième journée. Les Cranes auront affaire au Zimbabwe, avec un duel Onyango-Billiat estampillé Sundowns.

Égypte 1-0 Zimbabwe

RDC 0 - 2 Ouganda

groupeB

Dans un duel très rugueux et athlétique, le Burundi a su résister aux Super Eagles du Nigeria et a même eu deux belles occasions de frapper en premier en première mi-temps, mais c’est finalement l’équipe de Gernot Rohr qui l’a emporté, Ighalo concluant avec brio une action initiée par une talonnade incroyable d’Ola Aina. Seul leader, le champion d’Afrique 2013 compte deux longueurs d’avance sur la Guinée et Madagascar, qui se sont neutralisés (2-2). Une extinction défensive du Syli National au retour des vestiaires a été sanctionnée par les deux premiers buts de l’histoire des Barea dans la compétition, et obligé la bande à Kamano à cravacher pour éviter la catastrophe. Une défaite contre le Nigeria jeudi mettrait la Guinée dans une situation délicate, tandis que Madagascar a une occasion de confirmer son exploit face à des burundais qui ne comptent pas en rester là.

Nigeria 1-0 Burundi

Guinée 2-2 Madagascar

groupeC

La puissance de Bounedjah, la hargne d’Atal, l’omniprésence de Bennacer, et une victoire convaincante contre les Harambee Stars : l’Algérie a lancé sa CAN de la plus belle des manières, et préparé au mieux son duel volcanique face au Sénégal, qui a facturé le même tarif (2-0) à la Tanzanie, avec deux réalisations qui ont semblé imparables (Baldé sur un décalage d’école, Diatta d’une frappe de mule dans l’axe à l’entrée de la surface suite à un corner). Kényans et Tanzaniens sont condamnés à s’arracher le derby qui les oppose puis tenter un exploit lors de l’ultime levée.

Sénégal 2-0 Tanzanie

Algérie 2-0 Kenya

groupeD

Courte victoire (1-0) et juste l’essentiel à se mettre sous la dent pour les deux favoris du lot, le Maroc et la Côte d’Ivoire, respectivement face à la Namibie et l’Afrique du Sud, et tous deux dans l’horaire caniculaire de l’après-midi. Très approximatif techniquement et nerveux à l’image d’un Dirar qui a eu du mal à se contrôler, les Lions de l’Atlas ont donné le sentiment d’un ensemble sûr de sa domination mais qui pensait que la concrétisation irait de soi, et qui a douté au fur et à mesure des frappes forcées de Ziyech, des centres mal ajustés de Hakimi, des combinaisons avortées dans les vingt derniers mètres et de l’impossibilité de trouver un Ennesyri qui a paru perdu dans ce role de point de fixation qui ne lui sied pas dans un état de siège. La Namibie a tenu et cru profiter de l’aubaine, jusqu’à ce que l’infortuné Keimune catapulte la balle dans ses propres filets sur un énième coup-franc marocain. Le karma de la défaite marocaine face à l’Iran au Mondial dans les mêmes circonstances (0-1, csc de Bouhaddouz en fin de match) est venu frapper à la porte…

Dans une rencontre pas folichonne et pauvre en frappes, les Éléphants ont eu le mérite de ne pas se désunir après une première période volontaire et Kodjia n’a pas gambergé sur son occasion ratée en transformant la seconde cartouche, cela a suffi pour s’imposer face à des Bafana Bafana qui commençaient à pointer le bout de leur nez à l’heure de jeu, mais trop légers dans l’ensemble pour rivaliser.

La deuxième journée verra les deux favoris s’affronter dans un remake des thrillers de 2017, le Namibie-Afrique du Sud sonne comme le match de la dernière chance pour les deux battus de la journée inaugurale.

Maroc 1-0 Namibie

Côte d'Ivoire 1-0 Afrique du Sud

groupeE

Le coup de poing sur la table de la journée. Irrésistibles, incroyablement agressifs, et déchaînés avec ces frappes du gauche qui ont tout ravagé, les jeunes maliens n’ont fait qu’une bouchée (4-1) d’une Mauritanie rapidement débordée et qui ne pouvait pas faire grand-chose une fois que les Aigles ont commencé à dérouler. Traoré, Marega, Diaby et consorts ont envoyé un message fort à quatre jours de leur duel face à la Tunisie. Une Tunisie qui a dû concéder le point du match nul (1-1) à l’Angola, à l’issue d’une prestation bien terne. Giresse comptait sur la polyvalence et le talent de ses milieux de terrain en comptant sur leur capacité à s’adapter à des postes qui ne sont pas les leurs : le résultat n’a pas été fameux, et paradoxalement le changement tactique de la seconde mi-temps a fini de déboussoler une équipe qu’on n’avait plus vue aussi perdue depuis le quart de finale perdu en 2017 face au Burkina Faso. A l’arrivée, l’avantage obtenu sur un pénalty consécutif à la seule erreur de placement angolaise a été annihilé par une faute de main fatale de Ben Mustapha, symptomatique des nombreuses erreurs commises par les quatre principaux gardiens tunisiens de la dernière décennie, peu remis en cause du fait d’un réservoir assez faible à ce poste. Réaction attendue pour Msakni et ses coéquipiers face au Mali vendredi.

Mali 4-1 Mauritanie

Tunisie 1-1 Angola

groupeF

Le champion en titre camerounais a tardé, mais a fini par faire plier en trois minutes (2-0) une formation de Guinée-Bissau qui n’a pas à rougir de sa prestation. Les Lions Indomptables font défier les Black Stars lors de la deuxième journée, qui ont été rattrapés (2-2) par les Écureuils du Bénin dans un match spectaculaire, un doublé ébouriffant de Mickael Poté répondant aux réalisations des Ayew Brothers. Le Ghana a surtout été plombé par un carton rouge invraisemblable de John Boye, expulsé après un second carton jaune pour avoir laissé un coup-franc à son gardien. Première situation arbitrale ubuesque de la compétition, en espérant que ce soit la dernière…

Cameroun 2-0 Guinée-Bissau

Ghana 2-2 Bénin