Déjà qualifié, le Cameroun s’assure la première place sans pour autant parvenir à faire la passe de trois. Dans ses pas, le Burkina Faso décroche son ticket alors que le Cap-Vert doit patienter.

bandeauprimeira

matchs

Piégé en premier lors de ses deux premières sorties, le Cameroun a décidé de prendre son match face au Cap-Vert par le bon bout. Dominateurs, les hommes de Toni Conceicão contrôlaient la rencontre sans pour autant la transformer en marée offensive. Seul Vincent Aboubacar endossait le costume de danger numéro un, plaçant une volée au-dessus des cages de Vozinha, enroulant une frappe que le portier cap-verdien sortait du bout des doigts. C’est donc finalement en toute logique que le capitaine des Lions ouvrait la marque, sur une nouvelle volée après un coup de pied arrêté, et libérait le stade d’Olembé. Un temps seulement. Car dès le retour des vestiaires, un centre de Rocha était coupé d’un geste aussi magnifique que parfait de Garry Rodrigues et le Cap-Vert égalisait. On aurait alors pu penser que le match allait s’emballer, il n’en fut rien. Les deux équipes semblaient se contenter du partage des points, le Cameroun se montrait brouillon, même s’il se procurait quelques situations à l’image de la demi-volée de Oum Gouet ou l’ultime tentative de Clinton N’Jie.

Score identique entre Burkina Faso et Éthiopie. Là encore le match démarrait fort avec des Antilopes qui chauffaient les gants de Ouedraogo, titulaire dans les cages burkinabaises en l’absence de Koffi, avec notamment un Kebede arme principale. Mais si l’Éthiopie montrait de belles choses dans l’animation, elle restait naïve sur le plan défensif et se faisait piéger sur un long ballon que Bayala lisait à merveille pour lober un Shanko sans doute sorti un peu trop vite et ouvrir le score pour les Étalons. Ce but n’assommait cependant pas les Antilopes qui contraignaient encore Ouedraogo a sauver les siens avant qu’une main de Yago repérée au VAR ne permette finalement à Kebede de logiquement égaliser en tout début de second acte. La suite était une longue session de frayeur pour des Étalons qui manquaient de maîtrise mais qui finalement ne s’écroulaient pas et assurent sur un fil leur deuxième place du groupe synonyme de huitièmes de finale.

news

Nouveau scandale au Gabon. Il y avait eu l’affaire de la sortie arrosée et de la COVID-19, il y a eu l’affaire des primes et de la grève des joueurs puis enfin les soupçons de souci cardiaque pour ses positifs, place désormais à l’exclusion. Alors que Pierre-Emerick Aubameyang et Mario Lemina étaient proches d’être aptes à jouer, la fédération gabonaise a publié un communiqué annonçant qu’ils étaient remis à la disposition de leur club, en d’autres termes, que leur CAN était donc déjà terminée. La thèse de la myocardite était privilégiée jusqu’à un tweet de Freddhy Koula indiquant que les deux joueurs auraient encore dérapés à l’hôtel, entraînant de fait leur exclusion du groupe. Si les deux joueurs ont bien évidemment démenti ces allégations, Lemina a un temps annoncé sa retraite internationale…avant de retirer son message.

Pape Gueye pourra jouer ! Suspendu par la FIFA dans le cadre de litige opposant Marseille et Watford concernant son arrivée au club olympien, Pape Gueye pourra finalement disputer la suite de la CAN. Le Tribunal Arbitral du Sport a en effet été saisi avec comme conséquence la suspension de la sanction.

Mendy et Salah dignes représentants. Ce lundi, la FIFA remettait ses différents prix de l’année lors de la cérémonie de The Best. C’est à cette occasion qu’Édouard Mendy a été enfin élu meilleur gardien de 2021, terminant à égalité de points avec Gianluigi Donnaruma mais devançant l’Italien grâce aux votes des capitaines, membres de jury considérés comme la plus importante dans l’attribution des points. L’ancien rennais devient ainsi le premier gardien africain à remporter ce trophée. De son côté, Mohamed Salah est devenu le premier joueur africain à s’installer pour la deuxième fois sur le podium des meilleurs joueurs de l’année, terminant derrière Robert Lewandowski, le vainqueur, et Lionel Messi son dauphin. Mais histoire de souligner à quel point ces élections n’ont aucun sens, ni l’un ni l’autre ne figure dans le onze type de l’année, le panel de votants étant différent. On peut donc être meilleur gardien et troisième meilleur joueur du monde pour la FIFA, mais ne pas trouver place dans le onze type, un onze type avec tout de même quatre attaquants…

prog

17 heures : Zimbabwe - Guinée

17 heures : Malawi - Sénégal

20 heures : Gabon - Maroc

20 heures : Ghana - Comores

 

 

Avec Farouk Abdou (Tunisie - Mauritanie) - Photos : PA Images / Icon Sport