Il n’y a pas eu de surprise à Yaoundé. Emmenés par un Sadio Mané une fois encore exceptionnel, le Sénégal décroche sa place en finale, la deuxième consécutive.

bandeauprimeira

À l’approche de la première demi-finale, on se préparait à un duel entre deux blocs : d’un côté un Sénégal qui attaquerait, de l’autre un Burkina Faso prêt à bondir sur la moindre opportunité. Le scénario a été conforme aux attentes. Si les Lions d’Aliou Cissé dominaient la possession, ils se heurtaient d’abord à un bloc parfaitement regroupé devant Hervé Koffi et se retrouvaient menacés sur les contres des Étalons qui manquaient cependant de tranchant, la faute à des mauvais choix dans les derniers gestes. Le match avait tout de même du mal à s’emballer, seul le sauvetage sur la ligne de Kaboré animant la première demi-heure, le tournant arrivait justement peu avant celle-ci quand, sur un long ballon, Koffi sortait à la Alisson devant Cheikhou Kouyaté. L’arbitre de la rencontre sifflait un temps penalty, avant de se déjuger après avoir été appelé par le VAR, mais le match s’arrêtait pour Koffi. Il semblait s’arrêter aussi un temps pour les deux équipes, la rencontre basculant dans un faux rythme avant de s’animer enfin, grâce à une occasion franche pour Bandé qui contraignait Édouard Mendy à un arrêt décisif. Cela réveillait les Lions, à commencer par Sadio Mané qui s’offrait la plus belle occasion du premier acte lorsqu’au bout du temps additionnel, sa frappe était repoussée par Ouédraogo.

Il fallait donc attendre le retour des vestiaires pour voir le Sénégal faire la différence, alors que Cissé envoyait Pape Gueye et Ismaïla Sarr. Les Lions prenaient les devants sur corner, une action assez confuse avec un retourné de Koulibaly qui revenait sur Abdou Diallo à vingt minutes de la fin, ils allaient ensuite dérouler. Pape Gueye manquait la balle de break, Sadio Mané surgissait pour la convertir en récupérant un ballon mal protégé par Dayo et délivrant une offrande pour Gana Gueye. Le match était plié, même si les Étalons causaient une légère frayeur en réduisant l’écart, l’immense Sadio Mané sortait de nouveau de sa boite en allait cette fois clore la marque et montrant une fois encore à toute l’Afrique qu’il n’avait qu’une mission en ce début d’année : aller décrocher la Coupe d’Afrique des Nations.

 

 

Photo : PA Images / Icon Sport