Si vous voulez suivre une compétition continentale sud-américaine qui apporte un peu de fraicheur, la Sudamericana est pour vous ! Car si la finale se fera avec un club brésilien, l’adversaire viendra d’Équateur ou du Pérou.

bandeauprimeira

Sur les cimes péruviennes, il est une histoire que l’on aime se remémorer, c’est celle de la folle épopée du Papá, Cienciano qui avait terrassé River Plate pour décrocher la Copa Sudamericana 2003 (une histoire à lire ici). Dix-neuf ans plus tard, l’histoire semble se réécrire sur au pied du Misti, à Arequipa. Il y a eu la victoire en phase de groupes, devant Racing, il y a ensuite eu le Deportivo Cali en huitièmes, il y a désormais l’Internacional en quarts. Tous sont tombés face au Dominó, désormais dirigé par Pablo Lavallén, l’homme qui avait déjà emmené Colón en finale de l’épreuve en 2019. La recette a été simple après le nul de l’aller à Arequipa, elle a été donnée par Carlos Cáceda qui signait un arrêt exceptionnel dès la trentième seconde au retour dans les pieds de Braian Romero. La résistance débutait pour le champion péruvien qui subissait les assauts d’un Inter au jeu vertical. L’orage passé, les imprécisions se multipliaient côté colorado alors que Lavallén optait pour apporter un peu plus de poids offensifs aux siens. Choix payant lorsque Gabriel était exclu et que l’Inter devait terminer la rencontre en infériorité. Ne restaient alors que les tirs au but pour départager les deux formations, le moment choisi par Carlos Cáceda de continuer à traumatiser ses adversaires. Le portier de Melgar sortait les trois premières tentatives de l’Inter, dont une de manière exceptionnelle devant Taison, Luis Iberico n’avait plus qu’à terminer l’affaire et envoyait Melgar en demi-finale, une première depuis… Cienciano 2003.

Le destin aimant les clins d’œil, Pablo Lavallén retrouvera à ce stade son bourreau de 2019, Independiente del Valle. Les Negriazules avaient déjà pris une option à l’aller face au Deportivo Táchira, ils se sont fait peur en concédant l’ouverture du score au retour avant finalement de dérouler. Deux buts par mi-temps, dont deux penalties, un excellent Junior Sornoza et une victoire finale 4-1 permet aux hommes de Martín Anselmi d’espérer revivre 2019.

Une demi-finale Équateur – Pérou a déjà quelque chose de nouveau, de rafraichissant, la Sudamericana n’oublie cependant pas d’offrir quelques places aux Brésiliens. Ceux-ci sont ainsi assurés d’une présence en finale après les qualifications de São Paulo et de l’Atlético Goianiense pour le dernier carré.

Les premiers se déplaçaient au Castelão avec un petit but d’avance et ont d’abord subi face à Ceará qui avait décidé d’imposer une forte pression. Steven Mendoza allumait les premières mèches sans pour autant générer un grand danger et São Paulo commençait alors à équilibrer le jeu. Jusqu’au but de l’espoir, signé Mendoza à la réception d’un centre de Richardson. But de l’espoir car Ceará n’était alors plus qu’à une unité de la demi-finale. Sentant le danger, São Paulo a accéléré dès le début du second acte et a trouvé sa récompense sur un ballon volé par Igor Vinicius qui, après une combinaison entre Calleri et Rodrigo Nestor, se jetait pour tromper João Ricardo. Pas de quoi cependant refroidir un Vovô qui reprenait l’avantage une dizaine de minutes plus tard. Le suspense était à son comble, la dernière demi-heure voyait les deux formations s’offrir quelques occasions de sceller leur qualification mais là encore, tout se jouait aux tirs au but desquels le Tricolor sortait gagnant.

Les seconds ont réalisé le coup de la semaine. Avec également une victoire ramenée d’Uruguay, l’Atlético Goianiense devait enterrer rapidement tout espoir au Nacional à qui tout semble sourire ces derniers temps. Affaire conclue grâce à une première période totalement ratée par le Bolso, sans idée, avec trop d’erreurs techniques et de largesses défensives. Les Brésiliens en ont profité d’entrée, sur une longue touche de Hayner, une remise de Churín qui profitait d’une hésitation de Rochet et une frappe de Luiz Fernando. Nacional prenait alors le contrôle de la possession mais s’exposait au jeu de transition du Dragão et gâchait aussi quelques opportunités – notamment sur une volée de Gigliotti. Mais l’affaire allait être pliée juste avant la pause, sur un contre éclair des locaux conclu par Gabriel Baralhas sur une nouvelle passe décisive de Diego Churín. L’Argentin de l’Atlético Goianiense s’offrait un triplé de passe décisives pour définitivement sceller l’histoire. Luis Suárez voulait jouer la Libertadores avec River, n’y signant pas après l’élimination des millionnaires de Buenos Aires, son entrée à la pause aura donc été anecdotique, Nacional quitte la Sudamericana et laisse le Brésil filer en demies.

Résultats et vidéos

Atlético Goianiense 3-0 Nacional

Independiente del Valle 4-1 Deportivo Táchira

Ceará 2(3)-(4)1 São Paulo

Internacional 0(1)-(3)0 Melgar

Photo : SILVIO AVILA/AFP via Getty Images