Deuxième journée pauvre en buts mais non dénué d’émotions. Le Sénégal et le Maroc s’offrent une victoire au finish, pendant que Guinée et Gabon assurent l’essentiel.

bandeauprimeira

Guide de la compétition

matchs

Dix minutes de pressing haut, sans doute aidé par un adversaire trop respectueux et quelque peu crispé, puis plus rien jusqu’à la fin. Tel serait le court résumé de la performance sénégalaise en ouverture de sa CAN face au Zimbabwe. Les hommes d’Aliou Cissé souffrent sans doute du manque de préparation comme l’expliquait Sadio Mané en interview d’après match, mais on est clairement en droit d’attendre plus d’une équipe qui a bafouillé son football pendant l’ensemble de la rencontre. En cause, l’absence d’idées, de mouvement, et surtout de maîtrise. Alors le Zimbabwe s’est libéré, a pris confiance, laissant entrevoir quelques possibilités jamais véritablement exploitées. Et l’on a longtemps cru à un insipide match nul sans but qui aurait finalement été la juste récompense pour des Warriors bien organisés, coulissant parfaitement. Jusqu’au bout des arrêts de jeu sur une main incontestable. Mané en profitait pour se faire justice et offrir trois points inespérés au Sénégal. Des Lions qui vont devoir rapidement monter en régime sous peine de grosse déconvenue.

La crispation, les Flammes du Malawi ne l’ont semble-t-il pas connue, bousculant la Guinée durant une bonne partie de la rencontre. Bien que ne disposant que de quatorze joueurs, dont deux gardiens sur le banc, les Flammes ont cherché à imposer un pressing haut et surtout mordu à chaque occasion qui se présentait. Ainsi, le Guinée souffrait quelque peu en début de match avant de prendre le contrôle de la possession tout en restant sous la menace. Car si Issiaga Sylla ouvrait le score à la demi-heure sur une action rondement menée par Kanté, si Ibrahima Conté avait trouvé le poteau une dizaine de minutes auparavant et si Aguibou Camara aurait pu/dû plier l’affaire sur la dernière action du premier acte, Mohne et Banda avaient contraint Aly Keita à aller chercher deux ballons dans sa lucarne et le danger restait réel. Le deuxième acte voyait la menace malawite planer encore, Mohne et Chester se procurant une belle situation avant que Madinga ne gâche l’égalisation peu après l’heure de jeu. La Guinée s’impose tout de même sur le fil mais elle aussi devra monter en régime lors des prochaines journées.

L’affiche de la journée opposait les deux favoris du groupe C, Maroc et Ghana. Sur le terrain, la montagne a accouché d’une souris. Une frappe cadrée (un tir écrasé d’Aboukhlal à la dixième minute), un coup franc surpuissant de Boufal détourné par Saïss en guise d’occasion « franche » à cinq minutes de la pause, tel est le bilan des Lions de l’Atlas sur le premier acte. Des Lions qui ont tout de même montré ce qui fait leur force : leur solidité. Ayew s’est démené sur le front de l’attaque mais les occasions d’aller chauffer les gants de Bounou étaient rares pour les Black Stars, voire inexistantes. Il fallait attendre le second acte pour voir quelques frissons, en particulier sur la frappe enveloppée de Paintsil parfaitement claquée par Bounou. Les deux équipes se neutralisant, on pensait filer vers un résultat nul et vierge, jusqu’à une erreur défensive ghanéenne, les deux centraux collés à leur ligne des cinq mètres cinquante qui ne sortaient pas sur Sofiane Boufal. L’Angevin frappait en pivot et trompait Wollacott à sept minutes de la fin. La course de l’attaquant vers Vahid Halilhodžić en disait long, le Maroc réussit le joli coup dans ce groupe et même s’il aurait pu donner de l’ampleur à sa victoire si Saïss et Tissoudali avait converti, la « finale » du groupe est remportée par les Lions de l’Atlas.

Restait enfin le match clôturant la deuxième journée entre le débutant comorien et l’énigme gabonaise. Des Panthères qui sont parfaitement entrées dans la partie sur une mine signée Boupendza au quart d’heure. La suite a été plus facile à contrôler, le Gabon étant bien aidé par des Cœlacanthes plutôt timides et maladroits, la seule véritable menace étant une frappe lointaine de Moussa Djoumoi en deuxième période et qu’Amonome était tout heureux de dévier en corner. Mais le plus dur est fait pour le Gabon qui s’impose finalement dans le match à ne pas perdre et qui, malgré une préparation qui n’en a que le nom, démarre de la meilleure des manières sa CAN 2021.

Sans titre 1

mukansanga

Elle se nomme Salima Rhadia Mukansanga, elle a trente-trois ans et est rwandaise. Ce lundi, elle est devenue la première femme de l’histoire à officier durant une phase finale de CAN, étant quatrième arbitre de la rencontre Guinée - Malawi. Après avoir officié lors d’un Zambie – Tanzanie féminin en 2014 puis lors des Jeux africains, en finale de la CAN 2016 féminine et avoir été la seule arbitre africaine à diriger lors de la Coupe du Monde féminine U17, elle avait été sélectionnée pour officier durant la Coupe du Monde féminine 2019 en France et les Jeux olympiques. Prochaine étape, la voir au centre du terrain.

news

Indamissible. En marge du premier match de la CAN ce dimanche, trois journalistes algériens ont été agressés à l’arme blanche à proximité de leur hôtel. Un acte criminel condamné par la fédération algérienne et qui a également entraîné la réaction de Samuel Eto’o. Aux côtés du président de la fédération algérienne Charaf-Eddine Amara, le président de la fédération camerounaise a déclaré « Nous allons saisir notre ministre et toutes nos autorités pour leur dire que nos frères sont dans notre pays et ils doivent se sentir en sécurité comme s’ils étaient à Alger ». De notre côté, nous apportons bien évidemment tout notre soutien à nos confrères.

Tribunes vides. Les habitués de la CAN ne sont pas surpris, en dehors des matchs du pays-hôte, les autres rencontres ne remplissent que rarement les stades. Mais il est un fait, cette CAN 2021 se déroule devant des tribunes qui paraissent encore plus vide qu’à l’accoutumée. La raison se trouve probablement dans les protocoles. Afin de répondre à la pression néfaste venue du Nord, le comité organisateur a imposé un pass vaccinal pour se rentre dans les travées des stades. Seul souci, selon les chiffres du jour, à peine 2.5% de la population est totalement vaccinée…

prog

14 heures : Algérie - Sierra Leone

17 heures : Nigeria - Égypte

20 heures : Soudan - Guinée-Bissau

 

 

Photo une : Photo by KENZO TRIBOUILLARD/AFP via Getty Images