Alors que le Nigeria continue de dérouler, les Pharaons égyptiens s’en sont remis à leur dernier roi pour s’offrir un court mais précieux succès.

bandeauprimeira

matchs

On attendait avec impatience la deuxième levée du Nigeria quelques jours après la forte impression laissée face aux Pharaons, on n’a pas eu bien longtemps à attendre. Deuxième minute, une longue touche d’Aina, Moses Simon remise tranquillement sur Chukwueze qui ouvre le score. Le but précoce n’assommait pas le Soudan, endormait quelque peu des Super Eagles qui allaient de nouveau accélérer alors que la pause approchait, se procurant quelques situations chaudes, dont une énorme qui voyait Awoniyi puis Simon manque de plier l’affaire. Il fallait attendre la fin du premier acte et une action un peu billard avec deux têtes consécutives pour que le Nigeria rentre aux vestiaires avec une avance logique de deux buts. Afin de ne pas se faire plus de frayeurs que cela, l’immense Moses Simon pliait l’affaire dans la première minute du deuxième acte, le Nantais livrant encore une performance remarquable et remarquée – mention également pour Joe Aribo – et pouvant célébrer son premier but dans cette CAN. Le rythme retombait alors quelque peu, le Soudan parvenait à réduire l’écart sur un penalty bêtement concédé par Ola Aina. Le Nigeria s’impose donc sans forcer et sans avoir à trop montrer son talent, bien que montrant qu’à tout moment, s’il décide d’accélérer, il est redoutable, et file donc en huitièmes.

Place alors à l’énigme égyptienne. Alors que la pression grimpe d’un cran autour de Carlos Queiroz, on attendait donc une vraie réaction des Pharaons face à la Guinée-Bissau. On pensait l’obtenir d’entrée de partie, Mo Salah trouvant le poteau dans la deuxième minute, mais très vite, une fois encore, l’Égypte a été bousculée, Ambri et Fali Candé faisant passer quelques frissons. Mais l’Égypte montrait quelques réelles réactions, le service parfait de Marmoush pour Mostafa Mohamed faisant trembler pour la deuxième fois le poteau gauche de Jonas Mendes, quand la frappe lointaine de Amr El Soleya fuyait le montant droit et Mo Salah, sur le corner suivant faisait briller de nouveau Jonas Mendes en fin de premier acte. Le début de second acte s’avérait cependant décevant pour les hommes de Queiroz qui ne s’approchait quasiment plus des buts adverses jusqu’à un service parfait de El Soleya pour Salah qui reprenait tout en finesse et délivrait les siens. On pensait alors voir les Pharaons régner enfin sur la rencontre, d’autant qu’une nouvelle folle chevauchée de Kamal dans son couloir droit se concluait par un centre en retrait que Zizo envoyait sur le poteau cinq minutes plus tard. Il n’en fut rien. Au lieu de cela, l’Égypte a joué à se faire peur. Il y a d’abord eu la frappe enroulée de Jorginho qu’El Shenawy a capté sans souci, puis le but de Mama Baldé, refusé au VAR pour une faute de l’attaquant troyen sur Kamal, enfin la demi-volée de Moreto Cassamá repoussée par le portier égyptien au bout du temps additionnel. L’Égypte a donc encore tremblé jusqu’au bout, n’a pas encore livré une prestation rimant avec maîtrise, mais se rassure en prenant la deuxième place du groupe avant de jouer le Soudan.

photo

mosesimon

Si le Nigeria continue de retourner ses adversaires, il le doit aussi en grande partie à Moses Simon. Le Nantais est récompensé de son excellent début de Coupe d'Afrique par un but face au Soudan.

news

Nouvelles sanctions. La fin de match a été des plus houleuses entre Gabon et Ghana avec des échauffourées animant le retour aux vestiaires. Réaction immédiate de la CAF annoncée dans un communiqué : Benjamin Tetteh voit sa suspension de deux matchs portée à trois. Mais le Gabon a aussi écopé d’une autre amende, pas pour le match, mais pour avoir changé d’hôtel sans en avoir reçu l’autorisation de la part de la CAF. Bilan, 20 000 USD d’amende.

Excuses. C’est par un courrier adressé au président de la fédération mauritanienne et signé du secrétaire général Véron Mosengo-Omba que la CAF a officiellement présenté ses excuses à la Mauritanie dans l’affaire de l’hymne, expliquant l’impossibilité de lancer celui-ci par un « problème technique » qui « a empêché l’ingénieur du son d’accéder au fichier audio correspondant ».

lettremauritanie

L’école est finie. Comment remplir les stades durant la CAN ? La question fait débat au Cameroun et une décision a été prise par le gouvernement. Face à des rencontres débutant à 13 heures alors que la journée des travailleurs n’est pas encore terminée, le gouvernement a décidé de faire sortir tout le monde plus tôt, annonçant sa mesure dans un communique où l’on peut lire : « Sur très hautes instructions de Monsieur le Président de la République, le Premier ministre, chef du gouvernement, informe la communauté nationale que, pendant les jours de la tenue des rencontres de la CAN les activités scolaires et académiques se tiendront de 7h30 à 13 heures, les activités professionnelles s'étaleront de 7h30 à 14 heures. Cette mesure s'appliquera dans le secteur public à compter du lundi 17 janvier jusqu'au 4 février ». Rappelons tout de même qu’entre passe vaccinal et jauges fixées à 60% (80% pour les matchs des Lions Indomptables), il risque cependant d’être compliqué de remplir davantage les travées des stades de la CAN. Réponse dans les prochains jours.

prog

14 heures : Gambie – Mali

17 heures : Côte d'Ivoire – Sierra Leone

17 heures : Tunisie – Mauritanie

20 heures : Algérie – Guinée équatoriale

 

 

Photos : PA Images / Icon Sport