Troisième et dernière journée de la phase de groupe de la Gold Cup 2017 et aucun des favoris et autres prétendants annoncé n’a failli à l’heure de l’appel. Place désormais au sprint final, l’heure où il va falloir véritablement montrer son vrai visage.

Gold Cup 2017 – Le guide

Premiers à ouvrir le bal de la dernière journée, Costa Rica et Guyane abordaient ce rendez-vous avec des dynamiques bien différentes. D’un côté les Ticos n’avaient guère convaincus mais était tranquillement installés en bonne position, de l’autre, la Guyane avait perdu son bras de fer avec la CONCACAF et se savait éliminée. C’est ainsi qu’il n’a fallu que quatre minutes pour que le match soit déjà joué, le temps pour Ariel Rodríguez d’ouvrir le score. Car le plus dur fait, le Costa Rica, qui alignait une équipe remaniée, allait faire ce qu’il fait depuis le début de l’épreuve, laisser le ballon à l’adversaire et se projeter rapidement à la récupération. Les Yana Dòkò ont ainsi eu le contrôle du ballon une grande partie du premier acte mais ne parvenaient à véritablement se monter dangereux, ne menaçant Carvajal qu’à une seule reprise au court des 45 premières minutes. En seconde période, les Guyanais revenaient avec l’intention de presser haut et perturbaient davantage des Ticos peu inspirés mais toujours aussi peu menacés. Le sélectionneur Tico changeait tout de même ses plans, sortant Segura pour faire entrer un homme plus efficace à la récupération, David Guzmán. Ajouté à l’exclusion de Baal à l’heure de jeu et l’affaire était pliée. La Guyane continuait de tenter sa chance mais allait s’exposer par les espaces qu’elle laissait et allait finalement le payer, Wallace et Ramírez marquant à deux reprises en fin de match. Sans briller (une fois de plus), le Costa Rica s’impose et prend seul la première place du groupe.

Car dans l’autre rencontre du groupe, Canada et Honduras se sont neutralisés, assurant tous deux leur qualification pour les quarts. Et une fois encore, le Canada n’a certes pas un jeu totalement abouti, il semble sur la bonne voie, Octavio Zambrano semblant avoir été capable d’inculquer une nouvelle philosophie de jeu à ses Rouges. Face à la H, les Canadiens ont eu des situations, ont montré qu’ils étaient capables de trouver un équilibre entre solidité défensive, même si le Honduras a eu de belles occasions, la plus belle pour Elis, et ambitions offensives. Au point que le Canada sauve un nul qui lui permet d’assurer la deuxième place, pour la première fois depuis 2009, les Rouges seront au rendez-vous des quarts.

Dans le groupe B, les favoris n’ont quant à eux pas fait dans le détail. Opposés respectivement à la Martinique et au Nicaragua, Panamá et Team USA se sont largement imposés (3-0) et éliminent ainsi les deux autres membres du groupe. Dans les deux cas, le score n’a pas forcément reflété le scénario du match sinon la capacité à transformer ses occasions. Car face aux Matinino, les Canaleros n’ont par exemple cadré que trois frappes, les trois ont donné un but. Il a fallu attendre la fin du premier acte pour voir Panamá prendre les devants par Murillo avant qu’Arroyo et Torres ne plient l’affaire en sept minutes après l’heure de jeu. Ce résultat éliminait alors quasiment la Martinique mais surtout mettait la pression sur les USA qui devaient s’imposer sur le même score pour éviter de croiser le Costa Rica en quarts. Comme les Canaleros, Team USA attendu la fin du premier acte pour ouvrir le score avant de lâcher les chevaux en deuxième période mais en parvenant tout de même à se faire peur, Justo Lorente sortant deux penalties américains et maintenant un écart de deux buts pour les Nicas jusqu’à la 88e minute et le but de Miazga. Un but pas si anodin qui permet aux hommes de Bruce Arena d’éviter les Ticos en quarts et donc de tranquillement se préparer à aborder le sprint final avec une toute nouvelle équipe, le sélectionneur US ayant fait ses six changements pour la fin de la compétition. Cette folle règle, qui profite évidemment aux gros bras et fausse tout une compétition, permet à Team USA d’appeler Clint Dempsey, Jozy Altidore, Michael Bradley, Darlington Nagbe et Tim Howard pour aller chercher le titre. Rien que ça…

Si le Costa Rica ne convainc pas, s’il est difficile de conclure quant à la performance des USA qui vont désormais totalement changer de visage avec les six changements, le Groupe C a aussi permis aux favoris annoncés de se hisser en quarts sans pour autant que ceux-ci se soient montrés brillants. Face à Curaçao, le Mexique s’est finalement imposé mais la victoire 2-0 ne reflète pas à quel point elle a été acquise dans la difficulté. Car ce Tri C n’est clairement pas impressionnant et les dix changements opérés après le 0-0 face à la Jamaïque ont offert un Tri sans convaincre et qui peut s’estimer heureux de n’avoir pas concédé un but que Curaçao aurait tant mérité mais n’a sans doute pas marqué à cause de ce manque d’expérience qui touche souvent les jeunes débutants dans les grandes compétitions. C’est donc un Mexique sous le feu des critiques au pays qui se hisse en quarts devant une Jamaïque au projet de jeu déconcertant. Car face au Salvador, les Reggae Boyz ont passé la plus grande partie de la rencontre à souffrir, totalement dépassés par les percées des Pineda, Zelaya et autres Mayén qui auraient tellement dû marquer à plusieurs reprises tant la domination fut grande par période. Mais la Selecta a pêché par efficacité quand elle ne tombait pas sur une André Blake seule véritable satisfaction côté Jamaïque (avec Alvas Powell, très intéressant sur son côté). Conséquence, les Reggae Boyz ont réussi à sauver un nul qui leur permet de conserver leur deuxième place du groupe et ainsi éviter les USA en quarts.

On connait ainsi les affiches des quarts de finale de la Gold Cup 2017 qui seront dominés par l’énorme choc entre Costa Rica et Panamá. Les USA affronteront une Selecta intéressante et qui pourrait leur poser bien des problèmes, la Jamaïque devra se montrer un peu plus ambitieuse dans le jeu face au Canada quant au Mexique, il devra également hausser son niveau de jeu s’il ne veut pas chuter face à un Honduras bien plus dangereux qu’il n’y parait. Rendez-vous dans le nuit de mercredi à jeudi pour le coup d’envoi du premier quart.

Résultats

gcj3r

Classements

gcj3c